Forum classé NC-16 en raison de ses contenus Yaoi - Yuri - Hentai & Violence.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bonne cuisine et jolie fille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Bonne cuisine et jolie fille   12.07.12 14:51

      « - Mince, je vais arriver avec un peu de retard ! »

    Haletante, Ayami réussi enfin à se glisser jusqu’à son restaurant. Le Samedi, les rues du centre-ville étaient encore plus bondées que la semaine, si bien qu’elle n’avait pas manqué de se faire bousculer à plusieurs reprises. Aujourd’hui, la jeune fille était de service à partir de midi pile. Elle se devait d’arriver à l’heure si elle ne souhaitait pas subir l’haleine de cigarette de son patron. Ce dernier lui passerait encore un savon de sa voix grasse et indélicate. Cette fois-ci, elle pourrait peut-être échapper à ce supplice car c’est avec un soulagement marqué d’un soupir qu’elle aperçut enfin l’enseigne du restaurant dans lequel elle travaillait. Il s’agissait d’un petit restaurant français à la bonne réputation. Un service rapide et gracieux, des plats délicieux et gourmets. Ayami était parvenue à obtenir un poste grâce à sa motivation et à son charme qui semblait avoir plu à son patron légèrement enrobé à la manière des cuistots.

    S’engouffrant dans une petite rue, la jeune fille atteignit enfin la porte réservée au personnel du restaurant. Intérieurement, elle poussa un cri de victoire mais ne perdit pas une minute pour se changer afin de commencer à travailler. Elle attacha ses cheveux en une queue de cheval brune et enfila son tablier à l’effigie du restaurant. Elle plaça ensuite ses affaires dans le petit casier qui lui était réservée et se dirigea vers la porte qui donnait sur le restaurant. Prenant de longues bouffées d’air, elle retrouva une respiration normale, puis, pleine d’entrain, elle fit son entrée dans la pièce. Elle salua au passage une collègue qui lui cédait sa place en esquissant un sourire soulagé. Lorsque Ayami jeta un coup d’œil aux tables, il en restait peu n’ayant pas trouvé preneur. Avant de perdre toute sa motivation, l’adolescente attrapa un calepin livré avec un crayon de papier et courut vers l’entrée. Elle s’inclina légèrement afin de saluer son premier client de la journée.

      « - Bienvenue dans notre restaurant ! Une table pour combien de personnes ? »

    Décidément, elle commençait à prendre le pli, si bien que sa rengaine traversait ses lèvres aussitôt qu’elle se trouvait près d’un client dont elle n’avait pas encore eu le temps d’apercevoir le visage.


Dernière édition par Hazuna Ayami le 01.08.12 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Razhiel D'Essling
Propriétaire du Heaven Cross
Fondateur du forum
avatar


MessageSujet: Re: Bonne cuisine et jolie fille   01.08.12 2:26



♛AYAMI & FELIKS♚
« Quand la tentation tente le diable... »

Assie sur une des chaises se trouvant dans la dernière rangée de la classe d'histoire de l'Université de Cross Garden, accompagner d'une dizaine d'autre être humain et non-humain surnommé élève, la Chimère soupira de découragement pour la centé-unième fois...
N'étant pas réellement patient de nature, encore moins tolérant, il commençait sérieusement à se demander pourquoi il était là, un Samedi avant-midi, alors qu'il aurait put être à milles autres endroits. Un regard rapide en direction de la fenêtre confirma sa dernière pensée -à savoir ce qu'il faisait là, et cette pensée l'enragea intérieurement. Dire qu'il aurait put être dans cette voiture de sport rouge et noir, qui venait de passé les grilles du portail de l'Université... Dire qu'il aurait put être avec ses amies -disons plutôt des divertissements pour faire passé le temps, en route vers se restaurant à la cuisine française qu'ils voulaient tous goûtés depuis quelques temps... Pas une seule journée c'était écouler en deux semaines sans que l'un d'eux, ou l'une d'elle, ne parle de se restaurant. Deux semaines à entendre parler de cette endroit et il n'était même pas en route vers celui-ci. Alors, vraiment, la question du pourquoi il enrageait à être ici ne se pose même pas ! Et puis, lorsqu'on prend le temps et qu'on y pense bien, ce n'était pas réellement comme s'il avait besoin du cour d'histoire de Mm. Lestrot. Contrairement à ce pour quoi il se fait passé -c'est à dire un être humain, tout ce qu'il y a de plus normal et banal à l'exception fait d'être le plus populaire de l'établissement, la graduation était pour lui une chose inutile, de même que les cours, principalement ceux de Mm. Lestrot. Comme si quelqu'un allait lui dire comment le monde à été créer et ce qui c'est passé jusqu'à Cross Garden...

« Selon la Bible... »

La pauvre femme n'eut pas le temps d'en dire plus, il ne voulait plus l'entendre -il en avait assez.
Feliks disparut de la salle de classe dans cette illusion d'être consumé par ses flammes noires habituelles, ceci en une fraction de seconde et sans même attirer l'attention de cette chère Mm. Lestrot ou de ses imbéciles d'êtres humains. Les quelques Chimères l'ayant aperçu affichèrent un sourire en coin devant son manque de patience sans plus.
Sans perdre plus de temps qu'il en avait déjà perdu, le russe alla rapidement rejoindre ses divertissements favoris du moment -c'est à dire ses amies, qui arrivait aux portes du fameux restaurant en question. Apparaissant à l'arrière du groupe, la Chimère regarda rapidement par-dessus son épaule pour être certain que personne ne l'est vue arrivé. Satisfait de sa subtilité, il entra à son tour dans le restaurant, qui ne prit pas plus que trois secondes pour le figer d'horreur. Des Avariels... Il y avait des Avariels dans son champ de vision... La journée allait définitivement être pénible, il en soupira. Une perte de temps comme petit déjeuné et des Avariels pour le dîner, ne manquait plus qu'un Echoe pour l'achever complètement.
Il en cherchait d'ailleurs un lorsqu'une douce mélodie retentit et lui fit abandonner ses recherches

« Bienvenue dans notre restaurant ! Une table pour combien de personnes ? »

C'était loin d'être des cris, des hurlements ou des pleurs... Ce n'était rien d'autre qu'une simple phrase. Une salutation suivit d'une question, tout ce qui avait de plus simple. Et pourtant, dans cette simplicité il y trouva quelque chose d'attirant. Au point tel qu'il s'avança et pris les devant. Glissant nonchalamment parmi ses divertissements, Méphisto, sous son apparence humaine à l'essence d'une Chimère, se glissa à l'avant du groupe pour voir d'où provenait cette mélodie.
Il s'attendait à y voir Vesper, l'une de ses Gardiens aux talents innées pour lui faire perdre la tête avec ce genre de chose, et fut donc assez surprit de tomber nez à nez avec une simple être humaine, tout ce qu'il y a de plus faible et inoffensif sur Terre. Teint pâle, longue chevelure bouclée et lèvres rosées, Méphisto ne voyait qu'une partie d'elle et elle lui invoqua sans la moindre hésitation l'être quasi parfait, l'attirance -la tentation à la perfection. Et que dire de cette aura, de cette âme, de cette odeur si sucrée qui se dégageait de chaque parcelle de sa peau ? Il crut un instant être devant une Valkyrie, mais cette idée disparut assez rapidement. Une Valkyrie n'aurait eu aucun effet sur lui...
Une drôle de chose s'empara alors de Méphisto -non pas de l'amour mais davantage un sentiment de possessivité, qui le poussa à balayer d'un vent le groupe à l'extérieur du restaurant, avant de les faire disparaitre dans les Enfers pour être certain d'avoir la paix et de ne pas être dérangé. Il en avait assez avec les Avariels, pas besoin en plus de ses divertissements.
On entendit que la porte se refermer dans un fracas fracassant, que la Chimère fit semblant de sursauter pour avoir l'air tout autant surprit que tout le monde. Comme la plus part des humains et autres créatures dans la pièce, il se retournant pour voir d'où venait tout se bruit sans rien y voir excluant une porte ballotant, qu'il alla refermer correctement pour mettre fin à toute cette pollution sonore. Lorsque la porte clippa, un sourire s'afficha sur les lèvres de la Chimère : que la partie commence, pensa-t-il.

« J'ai bien l'impression d'avoir fais fuir des clients, je m'en excuse sincèrement. Dit-il avec un air amusé en retournant devant la jeune femme. Une table pour une personne, s'il vous plaît... À moins que vous vouliez m'accompagner ou que vous connaissiez quelqu'un pour m'accompagner ? » C'était de l'humour. Un peu provocante, certes, mais bon. C'était là tout l'atout de son jeu, tout le commencement d'une très longue conversation à en devenir. À qui tente le diable, vient le diable !

code by shiya. © Vesper



Dernière édition par Feliks Iziaslav le 05.08.12 17:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cross-garden.keuf.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonne cuisine et jolie fille   01.08.12 16:56

    Se redressant rapidement, Ayami se retrouva face à un groupe de jeunes femmes, toutes aussi belles les unes que les autres. Celles-ci semblaient discuter entre elle, se souciant à peine de leur serveuse. Des écervelées. Voilà ce à quoi la brunette faisait face. Leurs manières chiques et leur look apprêté en donnant tout bonnement l’impression. Chouette service. S’apprêtant à répéter sa question, un homme fit son apparition au milieu du groupe. Il semblait se frayer un passage parmi ces « poupées » humaines. Une fois arrivé devant elle, la jeune fille fut surprise. Elle ne parvenait pas à détacher ses yeux de lui. Il avait ce qu’on appelle du charisme qui avait le don d’attirer l’attention de n’importe qui, homme comme femme, et à vous scotcher littéralement sur place. Sans doute était-il avec ces jeunes femmes. Il s’agissait peut-être de son « harem ». Plantée sans bouger, Ayami prenait le temps de le dévorer du regard quand elle atterrit enfin à la réalité, suite à l’appel d’une de ses collègues.

      « - Ayami ! » Elle sursauta et s’excusa rapidement envers son client avant de se tourner vers sa collègue. « - Il faudrait que tu apportes ça à la table 8 et vite! Avant que ça … Hé ! »

    Un boucan impossible retentit dans le restaurant, si bien que tous ses occupants se tournèrent immédiatement vers la porte, source de ce son fracassant. Ayami se retourna, elle-aussi, et découvrit son client, dont les mèches blondes atterrissaient délicieusement sur et autour de son visage souriant, en train de fermer la porte. Ce dernier était seul à présent et plus aucun signe de ces magnifiques filles qui semblaient s’être volatilisées, sans laisser de trace.

      « J'ai bien l'impression d'avoir fait fuir des clients, je m'en excuse sincèrement. Une table pour une personne, s'il vous plaît... À moins que vous vouliez m'accompagner ou que vous connaissiez quelqu'un pour m'accompagner ? »

    Il n’était peut-être pas accompagné mais voilà un homme à l’humeur bien dragueuse ! Ici, Ayami en avait vu des cas depuis son arrivée. Certains tentaient d’attirer les serveuses en les invitant à leur table ou bien, d’autres ne se gênaient pas pour leur poser une main aux fesses. Et comme le client est roi, Ayami se devait de subir sans broncher si elle ne voulait pas être renvoyée pour tapage en plein travail. Néanmoins, cette fois-ci, elle aurait volontiers abandonné son poste pour se joindre à l’inconnu qui semblait être quelqu’un de très sympathique. La violoniste se surprit à l’observer, ce qui eut pour effet de teinter légèrement ses joues. Acquiesçant en souriant, elle invita d’une main le jeune homme à la suivre en balbutiant :

      « - Hum … euh … Oui. Excusez-moi. Si vous voulez bien me suivre et ne vous inquiétez pas, je doute que vous y soyez pour quelque chose. Et puis, ça m’arrange … »

    Depuis le début, elle n'avait absolument pas eu envie de s'occuper de femmes fatales et excentriques durant son service du jour. Après avoir échappé un soupir soulagé et discret, elle retrouva son sourire et se dirigea à travers les tables pour arriver dans le coin le plus calme du restaurant où peu de clients avaient choisi de s’installer, suivis de l’inconnu. S’avançant suffisamment pour qu’il puisse s’installer, la jolie brune se retourna pour s’emparer d’un menu et lui tendit, toujours aussi gracieuse.

      « - Voici votre menu. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à faire appel à moi. »

    Scrutant le moindre de ses gestes, l’adolescente ne parvenait pas à détacher son regard de lui. Sur l’île, nombreux étaient les hommes et les femmes dotés d’un charisme ravageur mais, il fallait dire que celui-ci dépassait aisément tous les tops. Grand, chevelure blonde dans laquelle on mourrait d’envie de passer ses doigts, aimable et charismatique, difficile de ne pas tomber sous le charme. Mais, il ne fallait pas oublier que l’habit ne faisait pas le moine et Ayami l’avait déjà suffisamment appris à ses dépens. Soudain, un éclair lui traversa l'esprit. C'était bien beau de rêvasser et d'admirer un client mais il lui fallait travailler si elle ne voulait pas claquer du bec en fin de mois. S'apercevant qu'elle avait oublié l'eau et tout le tralala habituel, elle s'empressa d'aller chercher une carafe d'eau et de l'apporter à la table qu'elle avait elle-même choisit et qui donnait sur un petit jardinet appartenant au restaurant. La meilleure place au goût de la jeune serveuse. Puis, fouillant dans sa poche pour y trouver son calepin, elle l'ouvrit et attendit, crayon à la main, la commande du jeune homme.



Dernière édition par Hazuna Ayami le 02.08.12 11:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Razhiel D'Essling
Propriétaire du Heaven Cross
Fondateur du forum
avatar


MessageSujet: Re: Bonne cuisine et jolie fille   01.08.12 20:04



♛AYAMI & FELIKS♚
« Quand la tentation tente le diable... »

De nouveau devant elle, il était incapable de ne pas la quitter des yeux. Il était également incapable de ne pas humer son doux parfum, qui commençait déjà à avoir de l'effet sur lui. Tranquillement mais surement, il se sentait déjà perdre la raison. Elle lui aurait demander n'importe quoi en cet instant bien précis et il aurait certainement accepter de faire tout ce qu'elle voulait en échange d'un simple toucher. Et que dire ce qu'il serait prêt à faire contre son âme...

« Hum … euh … Oui. Excusez-moi. Si vous voulez bien me suivre et ne vous inquiétez pas, je doute que vous y soyez pour quelque chose. Et puis, ça m’arrange … »

Cette dernière phrase, murmurer à voix base, suivit de son soupir de soulagement fit naître un sourire sur les lèvres de la Chimère, qui trouva cette réaction amusante. Lui aussi, à vrai dire, ça l'arrangeait. Il n'aurait pas aimer se délecter d'une âme devant autant de divertissement, qui aurait associer son comportement à de la faiblesse. Il aimait bien les divertissements divertissant -dans le sens où il aime avoir des complications, mais défier son pouvoir était un divertissement qu'il n'appréciait pas particulièrement.
Comme un chien bien dressé, il suivit la jeune femme jusqu'à la table qu'elle lui désigna et où il prit place. Il y avait peu de monde, c'était parfait ! De nouveau, un sourire s'afficha sur son visage. Déjà que l'espèce humaine n'était pas dans son palmarès de fréquentation préféré, il fut assez satisfait d'avoir été placé loin de ceux-ci et l'aurait davantage été s'il n'aurait eu personne dans le restaurant excluant lui et elle.

« Voici votre menu. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à faire appel à moi. »

« Merci. » Dit-il tout simplement en prenant le menu des mains de la jeune femme.

Lentement, soigneusement même, il observa la couverture du menu tout en observant du coin de l'oeil la jeune femme. Elle aussi ne le quittait pas des yeux, comme si elle étudiant chaque mouvement de celui-ci. Encore une fois, la Chimère sourit. C'était plus fort que lui. Il trouvait chacune de ses réactions à la fois surprenante et amusante même s'il savait parfaitement que toute ces réactions était dû à l'effet qu'il provoquait dans toute cette mascarade. Oui, parce que tout était prévu...

Lorsque la jeune femme le quitta subitement, la Chimère suivit celle-ci du regard sous le regard amusé de deux Avariels qui affichèrent un sourire à son intention. Un long frisson d'horreur le foudroya littéralement sur place, il figea complètement. L'une d'elle sembla d'ailleurs s'en inquiéter et pris les devant pour s'approcher de lui. Quand Méphisto réalisa qu'elle venait dans sa direction (l'Avariel) il laissa aller l'essence d'une Chimère pour l'arrêter. Le résultat fut un véritable succès. La serveuse figea sur place sous le regard amusé de la Chimère. Il adorait l'expression d'incertitude mélangé à celle de la panique. Et voir l'Avariel avec cette expression lui donna envie d'aller plus loin. Cette expression ne lui était pas suffisante, il en voulait encore plus. Gourmand, Méphisto n'avait qu'une seule envie : laisser aller sa véritable essence pour se délecter de la panique de l'Avariel.
Malheureusement, ou heureusement pour l'Avariel, la jeune femme arriva avec de l'eau et tout le tralala nécessaire au dressage d'une table convenable pour un repas. Puis, toujours aussi souriante, calepin et crayon à la main, elle arrêta finalement de bouger et Méphisto eu enfin occasion de contempler le visage de la jeune femme. Elle était toujours la tentation à la perfection... Et son âme... Méphisto n'avait pas le souvenir d'avoir vue une âme aussi délicieuse que la sienne.

« Étonne-moi ! Dit-il en fermant le menu et en lui tendant celui-ci. Donne-moi ce que toi tu préfère ici. » Demanda-t-il en souriant.

code by shiya. © Vesper



Dernière édition par Feliks Iziaslav le 05.08.12 17:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cross-garden.keuf.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonne cuisine et jolie fille   02.08.12 12:57

    La mine de son crayon tapotait la feuille vierge de toute écriture. L’un des tocs de la jeune femme qui plongeait son regard dans celui de son beau client. Ce dernier commençait à la mettre mal à l’aise à la fixer ainsi, comme s’il essayait de plonger en elle pour fouiller dans ses pensées. Elle n’aimait pas être observée de la sorte. Cependant, elle fit son possible pour soutenir son regard, quelque peu nerveuse. Il mit finalement fin à son supplice.

      « Étonne-moi ! Donne-moi ce que toi tu préfères ici. »

    En voilà une drôle de commande ! Surprise, Ayami haussa un sourcil et pencha la tête sur le côté. Elle reprit le menu et le cala sous son bras. Le bout de son crayon de papier appuyé sur les lèvres, elle réfléchit avant de décréter, fièrement.

      « - Très bien ! J’espère que vous aimerez autant que moi. Je reviens dans très peu de temps. »

    Replaçant son carnet dans sa poche, elle repartit en direction du comptoir afin de réclamer sa commande. Une fois celle-ci passée, Ayami se dirigea vers d’autres tables pour prendre d’autres commandes. Mais, étrangement, son esprit était ailleurs. Elle était tellement préoccupée par l’inconnu qu’elle n’arrêtait pas de faire répéter ses clients. Une fois qu’elle eut passé ses commandes, elle fit une pause, accoudée au comptoir. Il fallait qu’elle se ressaisisse et vite si elle ne voulait pas voir sa paie en pâtir. C’est alors qu’elle eut une idée de taille pour récompenser l’originalité de son client. Se dirigeant discrètement dans les cuisines, elle se faufila jusqu’aux casiers à vin pour s’emparer d’une bouteille. Un grand cru, s’il vous plait. En somme, un très bon vin au goût exquis et qui avait le don de valoir une petite fortune. Une fois son butin en main, Ayami se retira en douce pour ouvrir la bouteille. Soudain, l’une de ses collègues adorablement gentille avec elle arriva pour se pencher à ses côtés, ce qui l’a fit sursauter.

      « - Cette bouteille est bien pour ton client au fond de la salle, non ? Laisse, je vais lui apporter, d’accord ? Pendant ce temps, prend une pause. »

    La brunette ne put qu’acquiescer et elle céda sa place à la jeune femme aux longs cheveux blonds et au teint pâle. C’était la première personne à avoir fait connaissance avec Ayami si bien que la violoniste appréciait beaucoup sa collègue. D’après ce qu’elle savait, cette dernière était étudiante à l’université en troisième année et s’en sortait très bien toute seule. L’adolescente suivit le conseil de son ainée et s’installa sur un tabouret, histoire de se reposer quelques instants. Mais, le problème n’était pas qu’elle soit fatiguée, c’était simplement cet étrange individu qui la préoccupait, sans raison valable. D’ailleurs, elle n’arrivait pas à se comprendre elle-même. Pourquoi choisissait-elle de prendre sur sa paie pour lui offrir une bouteille de vin ? La voilà qui devenait stupide.

      « - Commande pour la table 12 !
      - Ah, je prends ! »

    Ayami se leva d’un bond pour s’emparer de l’assiette et se précipita jusqu’à la table concernée, celle du bel inconnu. Arrivée à une certaine distance, la japonaise fut très surprise. Sa collègue affichait un visage sombre et agacée comme elle n’en avait encore jamais vu chez elle. S’approchant doucement, Ayami demanda, timidement, ayant peur d’avoir fait une gaffe en la laissant apporter cette bouteille de vin :

      « - Dis, tout … tout va bien ?
      - Oui, oui, pas de problème, Ayami ! »

    C’est ainsi que la jeune femme aux longs cheveux blonds repartit, s’empressant d’aller prendre la commande d’un client qui venait tout juste de réclamer une serveuse. Excellent timing ! Ayami était, de nouveau, seule avec lui. Retrouvant son sourire chaleureux, elle s’approcha afin de déposer l’assiette juste devant lui, avant de lui annoncer le nom de ce qu’il s’apprêtait à manger.

      « - Quenelles sauce fruits de mer et son accompagnement de riz parfumé avec une touche de citron. Voilà mon plat préféré. Bon appétit ! »

    En ce qui concernait la cuisine, on lui avait toujours dit qu’elle avait des goûts étranges. Pourtant, la cuisine était comme la musique pour elle. Il fallait prendre le temps d’en savourer tous les arômes, toutes les notes. En attendant qu’il commence à manger, Ayami remplit le verre à vin de son client et lui dit, avec un petit clin d’œil malicieux :

      « - Au sujet de ça, pas un mot, j’en fais mon affaire. Considérez-le comme un cadeau de la maison. Un cadeau pour votre commande originale. »

    Elle mit son index perpendiculairement à ses lèvres et sourit. Sa plus grande peur était que cet évènement atterrisse jusqu’aux oreilles du patron. Si ça arrivait, les carottes seraient cuites ou plutôt, ça chaufferait pour Ayami !

[EDIT : Normalement, j'ai corrigé mes fautes xD Et oui, je me suis déchainée dans ce post o/]
Revenir en haut Aller en bas
Razhiel D'Essling
Propriétaire du Heaven Cross
Fondateur du forum
avatar


MessageSujet: Re: Bonne cuisine et jolie fille   08.08.12 21:59



♛AYAMI & FELIKS♚
« Quand la tentation tente le diable... »

Feliks se fichait bien de savoir ce qui allait y avoir dans son assiette. Il n'avait pas spécialement faim. Enfin, pas pour ce genre de repas... Il aurait largement préféré pouvoir avoir son âme, ô si belle. Si elle le lui aurait demander ou aurait insisté pour savoir ce qu'il voulait réellement, il lui aurait certainement avoué que tout ce qu'il voulait n'était rien d'autre que son âme à la beauté parfaite. Heureusement, la jeune femme se contenta simplement d'afficher une mine pensive, qui eu comme effet de faire oublier à Feliks toute cette histoire d'âme. Encore une fois, il afficha un sourire. C'était vraisemblablement plus fort que lui. Chaque expression qui prenait vie sur le visage de la jeune fille avait comme effet de le faire réagir ainsi, il était incapable de ne pas y répondre.

« - Très bien ! J’espère que vous aimerez autant que moi. Je reviens dans très peu de temps. »

Cette petite phrase le réveilla et avant même qu'il n'est le temps de poursuivre la conversation, elle quitta sa table. Son sourire disparut aussitôt et il chercha aussitôt l'Avariel responsable du départ de sa serveuse à l'âme parfaite. Lequel avaient osé inspirer la jeune femme d'aller réclamer sa commande aussi rapidement ? Les trois serveuses s'échangèrent un regard victorieux, que Méphisto fit semblant de ne pas remarquer. Intérieurement, il soupira de mécontentement tout en soupirant de satisfaction. Une partie de lui aimait bien le petit jeu des Avariels alors qu'en même temps, il aurait préféré avoir entièrement le champ libre, sans obstacle pour arriver à ses fins. S'ils voulaient jouer ainsi, Méphisto acceptait pour le moment et jusqu'à envie de contraire, les règles du jeu des sales créations de son frère.

N'ayant pas grand chose à faire en attendant le retour de cette femme à l'âme si attirante, Feliks s'adossa confortablement contre le dossier de la chaise et glissa ses mains derrières sa tête pour y prendre appuie. Puis, désormais bien installé pour entamer le jeu des Avariels, il chercha du regard la jeune femme. Un sourire satisfait et victorieux apparut sur ses lèvres lorsqu'il l'entendit faire répéter plusieurs fois ses clients et clientes. Il gagnait déjà et sans même avoir eu besoin de fournir le moindre réel effort, la serveuse était actuellement en train de le prouver.
Lorsqu'elle disparut dans les cuisines, Feliks éclata tout simplement de rire, attirant les regards de quelques clients du restaurant ainsi que ceux des Avariels. D'ailleurs, l'une d'elles arriva près de lui, une bouteille de vin à la main.

« Que faite-vous ici, Chimère ? Demanda-t-elle en déposant la bouteille de vin sur la table. Lâcher cette âme et partez d'ici si vos intentions sont mauvaises... » Cette phrase, murmurer de manière à ce qu'il soit le seul à entendre et dite à la façon d'une menace, fit sourire Méphisto. Doucement, il s'avança vers l'Avariel.

« Mes intentions ? Mes intentions sont des plus sincères, l'Avariel... Il prit une pause afin de donner de faux espoir à l'Avariel et comme de fait, celle-ci sourit d'un sourire rassuré. C'est alors qu'il continua. Je compte m'approprier cette âme blanche pour mon propre plaisir personnelle et je vous conseil de ne pas vous en mêler et de la laisser tranquille ! Sinon... Je pourrais très bien la vendre à des gros porcs qui aiment les jeune fille comme elle... Elle sera drogué pour servir d'esclave sexuel et passera le reste de sa vie pris par des types de passage. Ce ne serait pas étonnant non plus qe'elle ne meurt jeune de maladie. Et même au seuil de la mort, ce n'est pas un Avariel qu'elle demandera pour venir la sauver, mais sa dose de drogue. » Feliks était très sérieux.
L'Avariel déglutit.

« - Dis, tout … tout va bien ?
- Oui, oui, pas de problème, Ayami !
« Bien naturellement ! »

Ayami... C'était donc le prénom de la jeune femme à l'âme ô si exquise ? L'Avariel quitta la table sans même que Méphisto ne s'en appercoit -légèrement trop occupé à mémoriser le prénom de la jeune femme. Il ne reprit ses esprits que lorsque la dénommé Ayami déposa son assiette sur la table, juste devant lui.

« - Quenelles sauce fruits de mer et son accompagnement de riz parfumé avec une touche de citron. Voilà mon plat préféré. Bon appétit ! »

C'était son plat préféré ? Assez étrange... Quoi qu'il en soit Feliks sourit tout de même à la jeune femme d'un sourire qu'il fit sincère. De toute façon, il n'avait pas l'intention de manger le plat, mais bien de le faire disparaitre dans les Enfers pour donner l'illusion d'avoir mangé le repas puisqu'il n'en n'avait réellement pas besoin.

« - Au sujet de ça, pas un mot, j’en fais mon affaire. Considérez-le comme un cadeau de la maison. Un cadeau pour votre commande originale. »

Un cadeau ? Cette partie de la phrase le fit sourire plus qu'avant. Il aimait bien cette phrase, encore plus cette idée de cadeau. Une série d'idée de cadeau défila alors dans son esprit. Les unes plus étranges et sordides que les autres, ce qui attira l'attention et l'énervement de l'Avariel à la longue chevelure blonde, qui déclencha une réaction en chaine...
Le sol trembla légèrement et de ce tremblement causé par la volonté de l'Avariel, la poutre de soutient de l'établissement se brisa juste au-dessus de leurs têtes. La jeune Avariel à la longue chevelure doré se précipita aussitôt en direction d'Ayami, hurlant son nom. Cette petite scène lui arracha un soupir de découragement et cette fois, de colère. Cette âme était la sienne ! Il n'était pas question qu'une Avariel le lui arrache aussi facilement.
D'un mouvement rapide, avant que l'Avariel n'atteigne la jeune femme pour l'éloigner de lui, il alla glisser sa main dans celle d'Ayami et la tira brusquement dans sa direction. Au même moment, un morceau du plafond tomba à l'endroit exact d'où elle était quelques instant plus tôt. L'emprisonnant dans ses bras, il déposa sa main sur la tête de la jeune femme pour l'empêcher de se retourner ou de voir ce qu'il allait faire... Son autre main alla entourer sa taille pour la serrer contre lui. Sourire aux lèvres, il accorda un dernier sourire aux Avariels avant de créer une explosion de flamme dévastatrice en cuisine.
La répulsion d'explosion le propulsa, Ayami toujours entre les bras, contre la fenêtre qu'il traversa de plein fouet avant d'aller rejoindre brutalement le sol du petit jardin extérieur. La chute lui arracha un grognement de douleur et son étreinte sur la jeune femme se resserra par pure réflexe.
Les flammes, dansant victorieusement à l'intérieur du restaurant, se firent plus ardente et s'étendirent finalement jusqu'aux portes et fenêtres, empêchant les quelques survivants à sortir de cet Enfer.

« Tu vas bien... Demanda-t-il en cherchant visiblement son souffle. Après tout, plusieurs morceaux de verre c'était incrustés dans sa peau lorsqu'il avait traversé la fenêtre du restaurant. Rien de réellement bien douloureux, mais il devait bien jouer le jeu. Rassure-moi, Ayami... Tu n'as rien ? »

code by shiya. © Vesper



texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte texte. © belladone.
titre/pseudo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cross-garden.keuf.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonne cuisine et jolie fille   10.08.12 8:16

    S’il lui fallait expliquer ce qu’il s’était passé à ce moment-là, Ayami en serait parfaitement incapable. Alors qu’elle venait de partager un secret avec son client, elle sentit des vibrations à travers les semelles de ses chaussures. Surprise, elle baissa la tête pour fixer le sol quand un craquement se fit entendre au-dessus d’elle. Son prénom retentit alors qu’elle relevait la tête, incapable de s’enfuir face au danger qui menaçait désormais sa vie. Tout était survenu si rapidement qu’elle n’avait pas trouvé le temps de réagir. Soudain, elle sentit une main attraper la sienne afin de la tirer en avant. Basculant sans résister, la jeune serveuse atterrit contre ce qui semblait être son client. Incapable de s’échapper de son étreinte, elle tenta rapidement de recouvrer ses esprits. Alors qu’elle souhaitait se retourner pour observer le plafond meurtrier, une main rassurante vint se poser sur sa tête tandis qu’une autre entoura sa taille, l’empêchant par la même occasion de bouger. Pendant quelques secondes, elle se sentit gênée à tel point que son sang vint cogner contre ses tempes. Mais, la gêne mise à part, il lui fallait s’occuper de ce plafond effondré et reprendre son travail.

    Décidée à se retirer de cette étreinte, une explosion eut lieu dans le restaurant. Celle-ci projeta Ayami et son protecteur à travers la fenêtre. La jeune fille s’agrippa à la chemise du blond, ne comprenant pas ce qu’il pouvait se passer. Elle n’osait plus bouger mais sentit simplement qu’elle retombait au sol, amortissant sa chute avec le corps de son sauveur. Une fois atterrit, elle mit du temps avant de lever la tête. L’inconnu semblait s’inquiéter pour elle mais, tout en même temps, il semblait souffrir suite à cette chute violente. Se dégageant vivement de son étreinte, elle le regarda fixement et répondit, la voix tremblante :

      « - Je … vais bien. Mais vous, on doit vous soigner, vite ! Montrez-moi vos blessures ! On devrait appeler une ambulan… Oh non … »

    Attirée par l’odeur de fumée, elle aperçut le restaurant flamber comme un barbecue géant derrière elle. Ne quittant pas ce spectacle des yeux, elle se leva et s’avança doucement. Le choc était tel qu’elle se contenta de murmurer :

      « - Mais … qu’est-ce qu’il s’est passé ? Comment est-ce que … »

    La panique s’apprêtait à l’emporter mais, Ayami se fit violence pour garder son calme. Elle devait agir et vite. Tout d’abord, s’occuper de l’inconnu. Se précipitant vers lui, elle jeta un œil à ses blessures en effleurant celles-ci. Les plaies étaient assez profondes mais, pas mortelles. Il ne faudrait pas tarder à s’en occuper pour éviter une infection. Ôtant son tablier, la brunette le plia pour en faire une sorte de repose-tête qu’elle déposa parterre. Puis, agenouillée près du jeune homme, elle l’allongea sur le côté, l’accompagnant jusqu’au sol de ses deux mains. Passant une main dans ses cheveux couleur des blés, elle lui caressa une joue du dos de la main.

      « - Restez tranquille pour le moment. Il faut que j’aille aider ceux qui sont restés emprisonnés à l’intérieur et que j’appelle une ambulance. Si vous avez quoi que ce soit, appelez-moi, je ferais mon possible pour revenir au plus vite. Surtout, ne bougez pas ! » dit-elle sur un ton qui se voulait rassurant et autoritaire à la fois.

    D’un bond, elle s’avança vers la fenêtre qu’elle et son sauveur avait traversé quelques minutes auparavant. Ayami voulait passer de nouveau à travers mais, les flammes se faisaient bien trop ardentes. Il lui fallait trouver une alternative. C’est alors qu’elle pensait à l’entrée du personnel. Persuadée de pouvoir passer par là-bas et de pouvoir au moins récupérer son téléphone ainsi que ses affaires, elle s’empressa de faire le tour du restaurant. Mais, avant de quitter le jardinet, elle se stoppa sur place et jeta un œil à son client. Son instinct lui interdisait de le laisser seul mais, elle ne pouvait pas non plus abandonner les prisonniers des flammes. Se rassurant comme elle le pouvait, elle se dit que si c’était nécessaire, il pourrait toujours crier son nom et elle accourrait à ses côtés. Mais, et s’il ne trouvait pas la force d’appeler son nom et qu’il mourrait ici, abandonné ? Déterminée à empêcher que cela n’arrive, elle courut jusqu’à l’entrée du personnel, souhaitant obtenir au moins son portable. Sitôt qu’elle l’aurait, elle retournerait aux côtés du jeune homme blessé. C’est ainsi qu’elle partit en courant. Il lui fallait déjà faire le tour. Arrivée devant la porte, elle se jeta sur la poignée et l’ouvrit vivement mais eut un mouvement de recul lorsqu’elle se retrouva face aux flammes. Impossible d’entrer. Si elle se jetait à l’intérieur, elle pourrait s’évanouir à cause de la fumée ou rester coincée suite à des chutes du plafond. Néanmoins, elle devait essayer. Lentement, Ayami recula d’un pas, puis de deux et ne détacha pas son regard de l’entrée enflammée, s’apprêtant à se lancer à l’intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bonne cuisine et jolie fille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonne cuisine et jolie fille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les trucs de malade qui nous arrivent dans nos vies de oufs!
» Comment rendre un sims réaliste
» Une nouvelle petite sorcière : Woefully Bewitching de mageline !
» On est fan ou on l'est pas ^^
» So, nice to meet you finally. -Cudy&Julian-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Détentoire - section hors rpg :: LES ARCHIVES DU FORUM :: ► Rpg-
Sauter vers: